L’ESA choisit SPACEBEL pour développer le logiciel embarqué de Hera

La mission européenne Hera – du nom de la déesse grecque du mariage – est consacrée à l’exploration de l’Espace lointain. En collaboration avec le vaisseau spatial DART (Double Asteroid Redirection Test) de la NASA, la sonde Hera est destinée à évaluer les conséquences d’une collision avec un astéroïde afin de tester des techniques de déviation permettant de défendre la Terre des astéroïdes menaçants.

La cible de la mission est le système binaire d’astéroïdes géocroiseurs composé de Didymos (780 m de diamètre) et de sa lune appelée Didymoon (160 m de diamètre). En octobre 2022, si tout se passe comme prévu, DART, de la taille d’un réfrigérateur, entrera en collision avec le plus petit des deux corps célestes à une vitesse de 6km/s, déplaçant ainsi l’orbite de Didymoon autour de sa roche mère.

Le lancement de Hera est prévu pour 2023 et l’arrivée près du système Didymos en 2026. Le satellite analysera le cratère post-collision à l’aide de la technologie laser entre autres. En outre, Hera cartographiera la surface de l’astéroïde touché par une série de survols rapprochés, faisant ainsi la démonstration de technologies novatrices comme la navigation autonome autour d’un astéroïde. L’engin spatial recueillera également d’importantes données scientifiques afin d’avoir une meilleure compréhension des structures et des compositions des astéroïdes.

Par ailleurs, pour permettre des comparaisons avec Didymos, l’ESA envisage le survol d’un autre astéroïde binaire au cours des trois années de vol de la mission.

Avec la signature récente du contrat du logiciel embarqué Hera, SPACEBEL est fière de participer à cette expérience spatiale pionnière. Les systèmes critiques ne permettant aucun échec font, en effet, partie de l’ADN de SPACEBEL.

SPACEBEL est en charge de l’architecture, de l’ingénierie et du développement du logiciel central visant une autonomie accrue à bord et nécessitant des technologies informatiques de pointe.

Published février 25th, 2019